3 Astuces pour optimiser la génération de pages avec EasyCatalog

Utilisez votre bibliothèque de templates pour générer des documents

ec

Pourquoi mon assemblage est-il lent ?

Qui n’a pas regardé avec désespoir sa petite roue colorée tourner indéfiniment sur l’écran de son ordinateur en attendant qu’InDesign se décide à terminer une génération massive de pages. Voici quelques astuces partagées par les experts InPagina afin de vous aider à optimiser ce temps et vous apporter un peu plus de sérénité dans l’usage du module EasyCatalog Pagination.

3 vecteurs d’optimisation sont à envisager :

  • Le matériel informatique utilisé,
  • la méthode d’assemblage choisie,
  • la complexité du template.

Le matériel

Ordinateur Macintosh Les documents volumineux provoquent également un assemblage lent. Surtout si une application InDesign 32 bits est utilisée (toutes les versions sous Adobe CC (9.x) en dehors d’InDesign CS6 Server sont 32 bits). InDesign 32bit ne peut utiliser que jusqu’à 4 Go de mémoire alors que InDesign CC 64bit peut utiliser plus de 100 Go de mémoire.

Les conseils de InPagina :

  • Disque dur : Avoir un disque dur SSD
    portant le système (Mac OS ou Windows) et inDesign
  • Mémoire : Au moins 8 Go de RAM sinon 16 et plus.
  • L’ordinateur : La carte graphique importe peu. Mais le processeur (i7 si possible), et surtout sa fréquence, est vraiment le critère décisif.
    Le multitâche n’est pas utilisé par EasyCatalog donc le nombre de cœurs n’est pas important.
  • L’accès aux images est crucial. Le mieux est de disposer un accès local aux images en les stockant sur l’ordinateur lui-même, sur un disque SSD. En groupe de travail, un NAS dédié pour l’équipe PAO est souvent la meilleure solution. Attention à le connecter à travers un switch dédié et performant. Vérifiez également le câblage afin de ne pas faire transiter les données à travers toute l’entreprise.
  • PC / Mac : Grand débat ! Aujourd’hui, la CC Adobe est moins rapide sur Mac que sur PC. C’est un fait. Cependant le Mac reste apprécié car plus adapté à la PAO, et moins sujet aux virus.

La méthode utilisée

Certaines méthodes d’assemblage EasyCatalog sont plus efficaces que d’autres. Quel que soit le type de template (ou “Style de produit” dans EasyCatalog) utilisé, la méthode d’assemblage peut avoir un effet. 

Assemblage sous InDesign avec le plugin EasyCatalogL’assemblage aux positions X-Y est le plus rapide. C’est logique, puisque dans ce mode, il n’y a aucune intelligence sur le positionnement. Cette méthode est très efficace pour poser le template sur la bonne page… lorsque le numéro de page est connu à l’avance. Pour des pages très créatives, le plus simple est de tout générer aux coordonnées [0,0]. Le graphiste devra n’aura plus qu’a répartir lui-même les blocs dans la page.

Assemblage en flux de texteL’assemblage en flux de texte : il est très rapide, mais il ne permet pas de réaliser toutes les types de maquettes. Et surtout, les blocs image seront forcément ancrés dans le flux de texte, ce qui ne facilite pas le surfacage des pages par la suite. Ce qui le ralentit : surtout les fonctionnalités de “Justifier verticalement” sur le bloc principal, et aussi “Etendue de colonne” sur les styles de paragraphe.

Guide de détection des collisions L’assemblage aux guides de pages est certainement le plus “intelligent” des modes d’assemblage proposés par EC, puisque la position des blocs est fonction de la place réelle disponible dans la page. Le mode est très influencé par la détection de collision. Astuce : l’assemblage est plus rapide quand la gouttière est à 0. Pour éviter d’obtenir des blocs collés les un aux autres, on peut alors grouper un petit bloc transparent en bas à droite du template.

L’assemblage “Document Source” n’est influencé que par le poids du document inDesign qui sert de modèle. Eviter d’y inclure des formes, préférez des liens vers des fichiers externes.

Concernant les images : sur de gros assemblages, il peut être efficace de travailler avec des images basses définition, de quelques Ko chacune, qu’il sera ensuite facile de remplacer par les images HD en faisant pointer les options de champs EC du dossier BD vers le dossier HD.

Concernant le poids du document / le nombre de pages : 

  • L’assemblage peut être divisé en sections, divisées en documents séparés et combinées dans un livre InDesign.
  • Le module Scripting peut automatiser ce processus à l’aide de JavaScript, d’Applescript ou de Visual Basic, ce qui crée un flux de travail plus efficace.

La structure du template (style de produit) 

Utilisez votre bibliothèque de templates pour générer des documentsLe template (ou “Style de produit”), qui peut être contenu par une bibliothèque ou par la palette de “Formatage des règles”, est ce qui sera répété des centaines de fois par le processus d’assemblage automatique. 

La structure et le comportement de chacun des blocs de vos templates Easycatalog reste le principal vecteur d’optimisation du temps de génération des pages. 

Ce qui prend du temps, par ordre décroissant d’importance :

  • Les actions dans les règles d’assemblages
  • La libération des objets ancrés
  • Les ajustements de tailles de bloc, surtout lorsque il y a des habillages à gérer.
  • Conserver les images dans les templates alourdit inutilement la bibliothèque. Easycatalog remplacera de toute façon ces images. Donc il vaut mieux convertir les image en spécificateurs de champs avant de placer le template dans la bibliothèque.

Un nombre important d’actions a un effet significatif sur la vitesse d’un assemblage. Par exemple si un élément de bibliothèque a quinze actions, EasyCatalog devra évaluer toutes les quinze de ces actions avant de placer l’élément sur la page.

Globalement , il est souvent préférable de multiplier les templates plutôt que d’utiliser les actions et ajustements de blocs.

Laisser un commentaire